Une décision attendue… mais contraire à l’expression de la majorité des Ligériens et des Martipontains

Publié le Mis à jour le

Après des années d’atermoiements et l’absence de décisions des différents gouvernements successifs, nous attendions, de notre chef de l’Etat et de son 1er ministre, qu’ils prennent une décision responsable et assumée pour mettre fin à cette incertitude concernant la question du transfert de Nantes Atlantiques à Notre Dame des Landes.
Si l’on peut admettre qu’un dernier tour de table via les rencontres avec 3 médiateurs pouvait présenter un intérêt pour une prise de décision éclairée, force est de constater que ce rapport a semé plus de troubles qu’il n’a apporté de réponses.En effet, il a annoncé la faisabilité d’un plan B sans en apporter la preuve, laissant ainsi la porte grande ouverte à une décision défavorable au transfert. Il évacue toute la problématique des pollutions des microparticules liées à la combustion des hydrocarbures et minimise les nuisances de la gêne sonore actuelle et future de milliers d’habitants dont les
Martipontains. Il évoque des scénarii éventuels présentant tous des inconvénients majeurs nous laissant sans proposition véritablement durable dans la perspective d’une montée en puissance du trafic aérien au-delà des dix prochaines années. Il n’évalue pas véritablement l’impact agricole de l’extension de Nantes Atlantique et ne répond pas à l’attente de la majorité des élus du territoire prônant le développement d’une plateforme aéroportuaire pour l’ensemble du Grand Ouest. Dont acte.
La décision étant prise, le temps n’est plus au débat comparatif des deux alternatives; A noter que nous entendons pour notre part certains arguments des opposants au transfert. Tout n’est pas blanc ou noir !
Pour autant, interrogeons-nous sur l’impact que cette décision aura sur la vie citoyenne et participative des électeurs tant ils ont le sentiment d’avoir été abusés lors de la consultation.Interrogeons-nous sur la perte de l’autorité de l’Etat qui a laissé s’organiser une occupation illégale d’un territoire. Interrogeons-nous sur la capacité des élus à mettre en œuvre, demain, des projets visant l’intérêt général, tant l’Etat a donné en cette circonstance le sentiment d’avoir capitulé devant les actions de force d’une minorité d’activistes.

Les élus du groupe majoritaire Ensemble Réussir Pont Saint Martin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s